ON EST BIEN PEU DE CHOSE

Texte de Joël Nivard

Editions  le Bruit des Autres

du 25 au 29 mars 2014 à 20h30

Espace Noriac

 

Mise en scène : Sylvie Nivard

Création Lumière : Philippe Le Bras

Régie : Hélène Leyssenne

Avec : Philippe Gouaud, Sylvie Nivard, Eric Pradeau, Jacques Rabetaud, Nicole Valens


* Moi, je vous le dis comme je le pense, le ministre aurait dû se déplacer, un point c’est tout !
* C’est un pan de la culture qui s’en va, un astre éblouissant du théâtre

qui nous quitte. Du théâtre… de la France… devrais-je dire ! * C’est toujours pareil, quand on est en province,
ça les intéresse moins de venir. C’est pas médiatique.
* Ça fait pas ronfler les rotatives, comme ils disent.

* Ça fait pas le buzz, autrement dit.
* Et pourtant, il payait ses impôts en France, lui…
* C’est pas tous les jours qu’on perd un… un… un Louis Jouvet ! * Oui, Louis Jouvet, vous avez raison.
* Il est mort lui aussi, Louis Jouvet.
* Un Gérard Philippe.
* D’équerre, également.
* Raimu !
* Pas mieux !
* Gérard Depardieu, alors…
* Ah, lui, pas encore !
* On est bien peu de chose.
* Ça, on le dira jamais assez.
* Bien peu de chose.

On en entend, des commentaires, des digressions. Des flagorneries. Des médisances. Faudrait pas se retourner. Mais voilà !
Le monde est fait comme ça.
Rien que des malfaisants. Des belliqueux. Heureusement parfois,

il y a la tendresse et la nostalgie.
Une comédie primesautière autour de la perte d’un grand comédien du théâtre.

 

Les comédiens
La pantoufle moderne

Madeleine et Hélène

Chantal